Mai 2019 – Le Canada possède une vaste infrastructure de production et de transport d’essence qui garantit un approvisionnement fiable et flexible pour les Canadiens. Sa chaîne d’approvisionnement en essence commence par l’extraction et le traitement du pétrole. Cette étape de production a principalement lieu dans le bassin sédimentaire de l’Ouest canadien (« BSOC »). Les raffineries qui y sont situées, ou qui se trouvent à proximité, raffinent du pétrole local. Dans l’Est du Canada, les raffineries traitent davantage de brut importé que de brut produit au pays en raison des frais de transport plus importants, d’un accès pipelinier limité au pétrole de l’Ouest canadien et de l’incapacité des raffineries de traiter le brut lourd produit dans le BSOC.

Le Canada compte 14 raffineries productrices d’essence (17 raffineries au total) : 6 dans l’Ouest, 4 en Ontario, 2 au Québec et 2 dans les provinces de l’Atlantique. Les produits diffèrent selon la raffinerie, mais le principal est l’essence, qui constitue en moyenne 36 % de la production. Les raffineries produisent aussi d’autres produits pétroliers raffinés (« PPR »), notamment le diesel et le carburéacteur.

L’essence et les autres PPR sont transportés des raffineries à des terminaux de stockage près des villes. Les marchés de l’essence étant très localisés, la production de chaque région n’en sort généralement pas. Des réseaux de pipelines, de chemins de fer, de routes de navigation et d’autoroutes servent à la distribution de l’essence des raffineries de l’Ouest canadien aux terminaux entre l’île de Vancouver et Thunder Bay; des raffineries de l’Ontario aux terminaux entre Sarnia et Ottawa; des raffineries du Québec aux terminaux entre Ottawa et la côte Atlantique; et des raffineries du Nouveau-Brunswick et de Terre-Neuve-et-Labrador aux terminaux dans les environs des provinces de l’Atlantique.

Les terminaux constituent les points de réception et de distribution de l’essence canadienne et importée. C’est aussi eux qui fixent les prix de gros pour les marchés locaux. Comme les volumes demandés par les particuliers et les installations dispersées sont relativement faibles, le transport à partir des terminaux se fait presque exclusivement par camion

L’essence achetée dans les stations-service et les installations de stockage en vrac locales fait fonctionner des véhicules personnels et de transport de marchandises ainsi que de la machinerie industrielle. En 2018, 46  milliards de litres d’essence automobile ont été vendus sur le marché intérieur, ce qui représente 42 % de toutes les ventes de PPR sur ce marché.

[SOURCE : Office national de l'énergie]

EN SAVOIR PLUS...