Les membres de l’AIEM sont d’abord et avant tout des acteurs économiques de premier plan :
  • plus de 2 000 employés; plus de 3 000 emplois indirects;
  • contribution de plusieurs milliards $ au PIB québécois et poursuite des efforts pour maintenir la performance des membres en matière de développement durable ainsi que de santé et de sécurité.
Aujourd’hui, l'AIEM et ses membres se distinguent par leur approche orientée vers le développement durable, la sécurité et l’efficacité, de même que par leur engagement envers le développement social et économique de la communauté.

L’AIEM souhaite favoriser un modèle de développement durable pour l’avenir, axé sur une consommation responsable, s’appuyant sur l’innovation et les technologies propres.

 

CHAÎNE DU POLYESTER

Unique en Amérique du Nord, la chaîne du polyester de Montréal est une réalisation locale dont on peut s’enorgueillir. Agissant en synergie, les quatre entreprises qui la composent – soit un raffineur et trois entreprises pétrochimiques- emploient plus de 900 travailleurs. La chaîne du polyester doit sa force à la proximité physique des installations et le partage des matières et des services.
En savoir plus 

Perspectives d’avenir

L’AIEM se penche actuellement sur l’identification des créneaux porteurs susceptibles de consolider le pôle industriel actuel et de proposer des pistes intéressantes de développement.

Les chaînes du polyester et du cuivre, présentes dans notre secteur, sont uniques et constituent la base d’une écologie industrielle véritable. Ainsi, la consolidation du secteur industriel de l’Est pourrait favoriser la venue de nouveaux joueurs souhaitant bénéficier des infrastructures présentes, de la synergie avec les entreprises existantes, ce qui fera avantageusement progresser nos connaissances dans le domaine des nouvelles technologies « vertes ».

Dans ce sens, parmi les pistes envisagées, l’AIEM propose une approche concertée de développement pour la grande région de Montréal visant la création d’un « Technopôle de la chimie et de l’énergie ». 

Cet axe de développement devrait profiter aux industries déjà en place, ce qui renforcerait le concept d’écologie industrielle. L’objectif est donc de favoriser le potentiel de synergie. Si nous voulons maintenir notre qualité de vie, nous devons faire les choses autrement. 

À l’AIEM, nous croyons que lorsque, comme collectivité, nous faisons le choix d'utiliser un produit, il vaut mieux le fabriquer localement selon les méthodes les plus rigoureuses et créer de la valeur ajoutée plutôt que d’offrir à quelqu’un d’autre de le faire à notre place. C’est tout à fait dans la logique du développement durable. 

Pour plus d'information sur l'écologie industrielle, nous vous invitons à consulter le site du Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTEI) du CEGEP de Sorel-Tracy ou le site de Synergie Québec qui publie le document sur la mise en œuvre d'une symbiose industrielle : 
Télécharger gratuitement le guide

Pour plus d'information sur le développement durable, nous vous invitons à consulter les rapports de développement de certains membres de l'AIEM:
Suncor, Shell, CCR, CEPSA, VOPAK, Valero, Gaz Metro