L’écologie industrielle est une approche qui vise à optimiser l’utilisation d’énergie, de ressources et de capital dans le cadre d’une approche globale du système industriel, que l’on peut représenter comme un écosystème. Il s’agit donc d’une nouvelle pratique de management environnemental qui intègre des disciplines très diverses telles que l’informatique, l’ingénierie, la physique-chimie, l’écologie, l’économie, le droit, la conception et la logistique.

Les conditions de succès d'une telle approche sont semblables à celles d’un écosystème naturel : le système doit être diversifié (compter des entreprises dont les activités sont différentes et complémentaires), tirer avantage de la proximité (diminution des coûts de transport) et permettre la collaboration entre les acteurs (relations marquées par la coopération, la communication et la confiance mutuelle).

Les chaînes du polyester et du cuivre, présentes dans notre secteur, sont uniques et constituent la base d’une écologie industrielle véritable. D’ailleurs, la chaîne du polyester est une réalisation locale unique au Canada, à l’intérieur de laquelle les quatre entreprises qui la composent emploient plus de 900 travailleurs. La chaîne du polyester doit sa force à la proximité physique des installations et le partage des matières et des services.

Voici un court vidéo qui explique le projet Synergie Montréal, inspiré du concept d'écologie industrielle et dans lequel l'AIEM et plusieurs membres sont partenaires.

L'écologie industrielle, une façon durable de faire affaire! from Synergie Montréal on Vimeo.

Étude sur le futur industriel de l'Est de Montréal

L'AIEM croit que la dynamisation des activités économiques de l’Est de Montréal passe par le renforcement de l’écologie industrielle et l'économie circulaire. Cette vision s’inscrit dans le cadre d’une démarche globale de consolidation des acquis industriels selon les principes de développement durable. Cette vision s’appuie notamment sur les résultats d’une étude réalisée par l'École Polytechnique de Montréal en 2013-2014, qui démontre l’existence de nombreuses synergies industrielles potentielles.

En savoir plus sur l'étude