L’industrie et en particulier le secteur d’activités des membres de l'AIEM, offre des possibilités de carrières diversifiées dans des domaines comme l’ingénierie, la chimie, l’analyse en laboratoire, le contrôle de procédé, ainsi qu’une vaste gamme de métiers industriels spécialisés.

Pour en connaître davantage sur ces secteurs d’emploi, vous pouvez consulter les sites Internet des deux comités sectoriels de main-d’œuvre (CSMO) concernés, qui ont entre autres pour rôle de développer et d’appliquer des normes professionnelles dans leurs domaines respectifs :

Quelques faits saillants:

  • La fabrication de produits de la chimie, le raffinage et la distribution de gaz  emploie plus de 18 000 personnes au Québec.
  • Le secteur peut compter sur près de 3 000 opérateurs qui veillent au bon fonctionnement des unités de fabrication.
    • Leur rôle consiste à résoudre les problématiques liées à la production, à garantir la sécurité des installations et à assurer la qualité des produits.
    • Avec des salaires figurant en tête du secteur manufacturier et un nombre de diplômés relativement bas, les perspectives de carrières y sont favorables.
  • On y retrouve quelque 500 chimistes et 400 ingénieurs
  • Les techniciens de laboratoire  occupent le deuxième corps de métier en importance dans ce secteur.
    • Ils procèdent à des tests et des analyses rigoureuses qui permettent d’identifier les défauts dans le processus de fabrication, de vérifier la qualité des matières premières et de mener de nombreuses analyses.
    • Ils sont majoritairement issus du programme de technique de laboratoire en chimie analytique.
  • L’industrie emploie également plusieurs travailleurs liés à la maintenance et l’entretien des équipements dans les usines, tous aussi indispensables au bon fonctionnement des installations :
    • Mécaniciens de machines fixes
    • Tuyauteurs
    • Soudeurs
    • Mécaniciens industriels
Évoluant dans un milieu hautement technologique et spécialisé, le travailleur tel que l'on retrouve au sein des industries membres de l'AIEM devra parfaire son apprentissage en participant à plusieurs activités de formation continue. C’est ce haut degré de spécialisation qui permet au secteur de la chimie de générer près de 25 milliards de dollars de vente et 6,5 milliards de dollars d’exportation, l’une des plus fortes performances du secteur manufacturier québécois.   

Opportunités d'emploi

Cliquez ici pour en savoir plus sur les opportunités d’emploi chez nos membres.