Histoire AIEM

Le monde de la pétrochimie a toujours été un élément significatif de notre identité et cela a débuté tout d’abord avec l’incorporation de Montréal-Est en municipalité issue de la partie ouest de Pointe-aux-Trembles en 1910. Le rêve du maire Joseph Versailles d’en faire une cité-jardin s’est éteint avec le déclenchement de la première guerre mondiale.

Les besoins en énergie s’étant manifestés de façon pressante, la nouvelle municipalité réunissait les trois conditions pour l’arrivée d’une raffinerie : être proche d’un marché important, avoir accès à de grands terrains et posséder un port en eau profonde.

Avec l’arrivée de la Queen City Oil Company (Imperial Oil) en 1916, Montréal-Est allait devenir graduellement un des plus grands centres industriels au pays. Les nombreuses compagnies qui s’installèrent d’abord pour raffiner le pétrole pour produire de l’essence et de l’huile à chauffage, vont graduellement s’orienter vers la production de produits chimiques dérivés ou vont conclure des ententes de partenariat  avec des sociétés dédiées à la pétrochimie, ce qui fera de notre territoire un des rares complexes pétrochimiques intégrés au Canada. Cette orientation débutera en 1953 avec la compagnie Shell suivie de près par la B-A Shawinigan. Au début des années soixante-dix, pas moins de six raffineries sont en opération qui génèraient avec les autres compagnies pétrochimiques 5 000 emplois de qualité et bien rémunérés.  La raffinerie Petrofina (Petro-Canada puis Suncor) sera la seule à s’installer à Pointe-aux-Trembles en  1954. 

À compter de 1973,  la crise de l’énergie sur le plan mondial eut des répercussions chez-nous entraînant une série de fermetures d’usine à compter de 1983 (BP) jusqu’à la compagnie Shell en 2010. Il nous reste donc qu’une seule raffinerie soit la Suncor sur le territoire de Pointe-aux-Trembles qui maintient un complexe pétrochimique avec les compagnies : Chimie Parachem, Entreprise Indorama PTA Montréal, Selenis, Bitumar, Usine de soufre de Suncor, et Praxair qui se retrouvent sur le territoire de Montréal-Est.

Grandeur et déclin de la pétrochimie sur le territoire historique de la Pointe-aux-Trembles et de Montréal-Est
Source : Publication de l’Atelier d’histoire de la P.A.T. « Grandeur et déclin de la pétrochimie sur le territoire de la Pointe-aux-Trembles et de Montréal-Est » par Pierre Desjardins.